interview BIP TV - janvier 2014

interview BIP TV - janvier 2014

couverture-livre.jpg

Le 15 janvier 2014, Eliane Aubert-Colombani était l'invitée de Kaléidoscope, l'émission culturelle de BIP TV.

Voici la transcription de l'essentiel de la conversation.

 

Éliane Aubert-Colombani sur BIP TV à l'émission culturelle KALEIDOSCOPE de Sarah Benhassen, le mercredi 15 janvier 2014.

 

Sarah Benhassen : Éliane, bonjour. Vous venez nous parler de PORTRAITS DE FEMMES en Pays de George Sand. Expliquez-nous ce projet qui a fait se côtoyer plusieurs formes d'expression artistiques.

Éliane Aubert-Colombani : Georges Buisson, créateur de la Maison Européenne de la Poésie, avait envie de portraits de femmes très différentes. Je fais partie de l'association FEMMES SOLIDAIRES, qui a décidé de travailler avec lui. Ainsi dans les portraits que j'ai écrit, il y en quatre de femmes de l'association et six autres femmes des environs de La Châtre.

 

Sarah Benhassen : En fait Georges Buisson a filmé ces dix femmes puis vous avez retranscrit leurs propos, c'est ça ?

Éliane Aubert-Colombani : Pas tout à fait ! D'abord elles sont venues chez moi une par une pour me parler de leur vie. C'était fascinant car, avec Dephine Emery, on ne les interrogeait pas, elles disaient ce qu'elles voulaient. Là, c'était plus psychanalytique que journalistique. Se révélaient des choses pour moi mais, finalement, pour elles-mêmes aussi. Certaines en ont eu conscience, d'autres peut-être pas. Elles parlaient durant environ une heure, une heure trente. On canalisait un peu, on posait une ou deux questions mais ce n'était pas du tout un interrogatoire. Ensuite, elles ont été filmé par Michel Salangres chacune durant une vingtaine de minutes. C'est comme ça que le film a été créé.

 

Sarah Benhassen : Donc, dans un premier temps, le film...

Éliane Aubert-Colombani : Oui. Ensuite, des comédiennes les ont interprétées tandis que pour ma part j'écrivais les PORTRAITS DE FEMMES.

 

Sarah Benhassen : Quelles sont les femmes ou les histoires qui vous ont le plus marqué ?

Éliane Aubert-Colombani : Elles sont toutes intéressantes et toutes différentes ; d'âge, de parcours, d'origine sociale, ça c'est très important, certaines ont voulu dépasser, transgresser presque cette origine, de profession, de loisirs, de relations aux autres...

 

Sarah Benhassen : Elles ont un point commun toutes ces femmes ?

Éliane Aubert-Colombani : Oui : une grande vitalité. Malgré les coups durs qu'elles ont magnifiquement surmontés. Chose qu'au départ nous ne savions pas. Ça a été de très belles et très riches rencontres humaines.

 

Sarah Benhassen : Nathalie Ledey a dessiné les portraits de ce livre que l'on recommande à tous nos téléspectateurs.  Éliane, vous avez d'autres projets en cours ?

Éliane Aubert-Colombani : Plein de choses ! Le premier livre que j'ai écrit, La Perdrière, hum il y a quarante-cinq ans..., va reparaître aux éditions Maryvonne, un jeune éditeur de Romorantin. Au mois de mai, j'ai deux romans qui paraissent en un seul ouvrage : Le Doctorant et Cia Vido (je suis d'origine corse, il ne faut pas l'oublier!).  Le Doctorant m'a été inspiré par le Journal d'un collabo pour lequel j'avais étudié au département français de la faculté de Francfort. À l'époque, j'ai reçu des lettres d'étudiants, à partir desquelles j'ai imaginé un professeur de lettres recevant des lettres d'un doctorant allemand schizophrène, parfois « normal », parfois « délirant » donc antisémite, raciste... Le second roman se passe à Gennevilliers. J'y étudie à la fois le profil de deux masochistes et d'un pédophile.

 

Sarah Benhassen : Des thèmes assez durs tout de même !

Éliane Aubert-Colombani : Oui... assez durs... M'enfin... Ils s'en sortent...

 

Sarah Benhassen : Qu'est-ce qui vous fascine dans l'écriture ?

Éliane Aubert-Colombani : D'essayer de dire la vérité, même au travers d'un roman, ou tout au moins de dire ma vérité. C'est toujours ça.

 

Sarah Benhassen : Que peut-on vous souhaitez pour 2014 ?

Éliane Aubert-Colombani : De continuer à écrire ! Et que l'association Femmes Solidaires perdure et poursuive ses actions.

 

Sarah Benhassen : Merci beaucoup Éliane Aubert-Colombani.

Éliane Aubert-Colombani : C'est moi qui vous remercie pour l'invitation.

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×